académie de Versailles région Île-de-France lycée Louis Bascan

15 novembre : journée internationale des écrivains en prison

-* Une journée fondée par le P.E.N. Club, organisation littéraire internationale pour la défense de la liberté d’expression. [P.E.N. Club français : poètes essayistes, nouvellistes – [www.penclub.fr]]

  • Journée abordée avec les élèves de 2de7 dans le cadre de l’enseignement d’exploration « littérature et société » et avec les élèves de 2de14.


La liberté d’opinion n’a pas cours partout dans le monde aujourd’hui. Des centaines d’écrivains sont privés de liberté, pour avoir exprimé par écrit des opinions contraires à la doctrine officielle de leur pays. Aucun continent n’est épargné.

Dans les prisons de Chine, du Tibet, de Birmanie, de Cuba, du Vietnam, de Syrie, de Turquie, de Tunisie, d’Arabie Saoudite, du Niger, d’Iran, des États-Unis… , des écrivains et poètes sont condamnés au silence pour avoir simplement écrit.

Impossible de tous les citer ici, mais évoquons certains d’entre eux à l’occasion de cette journée internationale des écrivains persécutés.

Dans le monde, aujourd’hui

Écrivains et poètes prisonniers d’opinion. [[Blogueurs et journalistes sont aussi exposés que les écrivains. Exemple : au Vietnam, deux blogueurs récemment condamnés à 4 ans de prison.]]

Chine
  • Liu XiaObo, prix Nobel de la Paix 2010 : condamné pour ses écrits critiquant le pouvoir. Nombreux séjours en camps de travail. Condamné à 11 ans de prison en 2009. Actuellement enfermé à la prison de Jinzhou. Auteur de « La Philosophie du porc » et autres essais.
  • Chen Wei , condamné à 10 ans de prison en 2011 pour « incitation à la subversion du pouvoir d’État ».
  • Lio Yiwu, poète activiste, auteur de « Dans l’empire des ténèbres » où il relate ses nombreux séjours en prison. En savoir plus
Tibet
  • Dolma Kyab, professeur d’histoire et écrivain tibétain actuellement emprisonné depuis le 9 mars 2005, jour de son arrestation dans son collège de Lhassa. Condamné à dix années de prison pour avoir, selon les autorités chinoises, dérobé et transmis des secrets d’État. Il tenait une chronique manuscrite traitant de démocratie, de la souveraineté du Tibet, du Tibet sous le communisme, du colonialisme et des convictions religieuses.
Vietnam
  • Van Tuc Nguyen : poète condamné le 9 octobre 2009 à 4 ans de prison pour « propagande contre l’état socialiste ». Il est connu pour ses nombreux écrits contre l’injustice sociale, sa dénonciation de la corruption des fonctionnaires communistes de sa province.
Iran
  • Alireza Roshan, jeune poète arrêté en 2011 et détenu à Téhéran, pour avoir administré le site web d’une confrérie de derviches. Son recueil de poèmes « Jusqu’à toi combien de poèmes » est publié en France.
    « La porte de la prison
    s’est ouverte
    pour accueillir
    un autre prisonnier »
Turquie
  • Sevan Nisanyan, écrivain turco-arménien condamné à un an de prison en 2012 pour blasphème.
Tunisie
  • Jabeur Mejri, condamné à 7 ans de prison pour avoir publié des caricatures de Mahomet sur Facebook. En savoir plus
Colombie
  • Angye Gaona, une immense poète arrêtée en 2012 pour avoir dénoncé les exactions commises par le gouvernement.
    « Ne recueille plus de larmes, cœur tendre.
    Et si un enfant prisonnier pleure, tu le diras,
    et si un homme est torturé, tu le diras.
    Ce n’est pas le moment de rentrer la colère, te dis-je.
    C’est l’heure de forger et de faire luire le tranchant. »

    Angye Gaona, extrait du poème « tendre tissu »

  • De nombreux blogs lui sont consacrés et dénoncent son emprisonnement dont celui-ci
Niger
  • Ken Sarowiwa, condamné à mort en 1995 pour avoir défendu son ethnie dans une région agricole dévastée par l’exploitation du pétrole.
Cameroun
  • Enoh Menomesse, condamné en 2011 à 7 ans de prison pour son opposition au Président de la République. Actuellement interdit d’écriture à la prison de Yaoundé.
Egypte
  • Karam Saber, condamné en 2012 à 5 ans de prison pour avoir publié un recueil de contes jugé blasphématoire sous le titre « Où est Dieu ? »
Cuba
  • Angel Santiesteban Prats, auteur de nouvelles dénonçant la censure. Emprisonné depuis le 28 février 2013. Actuellement en grève de la faim, le prisonnier a été placé en cellule d’isolement. Condamné à cinq ans de prison en raison de ses engagements politiques. Lauréat de plusieurs prix littéraires majeurs. Les persécutions à son encontre avaient redoublé depuis la création de son blog, indépendant et critique envers le gouvernement.
États-Unis
  • Mumia Abou Jamal, militant afro-américain condamné à mort en 1982 pour le meurtre d’un policier. Sa peine a été commuée en prison à perpétuité suite à un vice de procédure. Devenu un symbole pour de nombreux opposants à la peine de mort.
  • Léonard Peltier, militant de la cause amérindienne emprisonné depuis 1977 pour avoir été mêlé à une fusillade au cours de laquelle deux agents du FBI ont été tués. Ses partisans dénoncent des vices de procédure et de nombreuses personnalités demandent sa libération.
En Europe, hier

XVIème

  • Le poète Clément Marot connut la prison pour ses idées ; il était accusé d’hérétisme et de sympathie pour la Réforme.

XVIIIème

  • En 1717, Voltaire fut arrêté et envoyé un an à la Bastille pour offenses envers le régent, Philippe II d’Orléans. Pendant son emprisonnement, il écrivit sa première pièce, « Œdipe ».

XIXème

  • Fiodor Dostoievski : écrivain russe emprisonné 5 ans au bagne d’Omsk, de 1849 à 1854. Condamné pour sa participation à un mouvement luttant contre le tsarisme. Il tirera de cet épisode de sa vie au bagne un récit romancé, Souvenirs de la maison des morts.
  • Oscar Wilde, auteur anglais est condamné pour délit d’homosexualité à 2 ans de travaux forcés en 1895. Il purgera cette peine dans la très répressive prison de Reading, au sud de l’Angleterre. Il publie ensuite La ballade de la geôle de Reading un témoignage émouvant sur sa douleur de prisonnier.

XXème
C’est l’opposition au totalitarisme qui constitue le motif d’emprisonnement le plus fréquent pour les auteurs. La liste est longue :

  • Czeslaw Milosz, poète et romancier polonais opposé au stalinisme, auteur de « La Pensée captive » (1953), réflexion sur la place des intellectuels et des dissidents au sein des régimes autoritaires. L’un des poèmes de Miłosz, « Toi qui as lésé l’homme simple », est gravé sur le mémorial des ouvriers des chantiers navals de Gdańsk, victimes de la répression politique alors qu’ils manifestaient.
  • Nazım Hikmet, poète turc. Il a passé dix-sept années en prison à cause de ses poèmes. Le chef d’accusation ? « Activités anti-nazies et anti-franquistes ».
  • Frédérico Garcia Lorca, poète espagnol républicain arrêté et abattu par des soldats franquistes en 1936.
  • Charlotte Delbo, poète résistante et communiste déportée à Auschwitz en 1943. A sa libération elle affirme avoir survécu en partie grâce aux poèmes qu’elle essayait de se remémorer.
  • Robert Desnos, poète résistant, arrêté en 1940 par la Gestapo, incarcéré à Fresnes puis déporté à Buchenwald, Floha, et enfin Térézin en 1945 où il trouvera la mort.
  • d’autres écrivains connurent l’emprisonnement, non pour leur engagement politique mais pour des crimes ou délits divers : François Villon pour le meurtre d’un prêtre, Arthur Rimbaud pour fugue, Paul Verlaine pour avoir tiré deux coups de revolver sur Rimbaud, Jean Genet pour vols de livres, Albertine Sarrazin pour vol et prostitution…. l’inspiration ne meurt pas en prison : on connait le magnifique poème de Paul Verlaine, « Le ciel est, par dessus les toits… », composé à la prison de Mons :.[Archive->https://archive.org/details/LeCielEstPar-dessusLeToit
Un poème de prisonnier
  • Pour conclure un poème de Léonard Peltier, en prison depuis 33 ans, devenu un symbole de la résistance des peuples indigènes à travers le monde.
    Lame de mon esprit

    « Je n’ai pas de présent
    Je n’ai qu’un passé
    Et, peut-être, un futur.
    On m’a pris mon présent.
    On me laisse dans un espace vide
    Dont je sculpte l’obscurité de la lame de mon esprit.
    Je doit me refaçonner
    Depuis le néant de l’espace barbelé.
    Je connaîtrai l’extase
    Mais aussi la douleur
    De la liberté.
    Redevenir ordinaire.
    Oui, ordinaire,
    Cette situation terrifiante,
    Où tout est possible,
    Où la réalité du présent doit être affrontée. »

|→ Découvrez l'application Android Lycbascan : « lycée mobile Louis-Bascan »
turboself esidoc monlyceenet promote pix Applications en ligne : [Turboself] - [Esidoc] - [ENT Monlycée.net] - [Pronote] - [Pix]
allemand anglais espagnol italien Portail des langues vivantes : [Allemand] - [Anglais] - [Espagnol] - [Italien]

Maroc

🌈 MAROC 2020, LE DEFI 👟🎒 Nous avons besoin de vous ! https://urlz.fr/9Sjq

Publiée par Lycée Louis Bascan – page officielle sur Lundi 27 mai 2019