académie de Versailles région Île-de-France lycée Louis Bascan

L’esprit Bascan : donner et recevoir, quelle est la forme la plus haute de générosité ?

Engagement lycéen au lycée Louis Bascan – Rambouillet (78)

L’esprit Bascan [BascanSpirit] – Le sens des choses : le don et la générosité. A Bascan, les lycéens s’engagent : le défi joëlette jeunes handi-valides [Maroc2020] – « Lycée ami des enfants » avec UnicefBascan – Lutte contre le harcèlement avec la Team anti-harcèlement [TAH] – Des idées à profusion avec les représentants élèves du Conseil de vie lycéenne [CVL] |→ Donner et recevoir, quelle est la forme la plus haute de générosité ?

« A toi, à moi » : réflexion en l’hommage de l’esprit lycéen à Bascan

Source : extrait de la chronique radiophonique animée par Pascale Seys diffusée sur Musiq3, station de radio belge appartenant au service public de la Radio-télévision belge [RTBF] de la communauté française |→ https://huit.re/VYAFq2Py

On se demande souvent à observer les autres et à nous observer nous-mêmes, quelle est la place dévolue à qui ? Qui donne quoi ? Comment ? Et à qui ? Et qui perd ? Et qui reçoit quoi ?

Pour le dire autrement, chacun se demande, un jour ou l’autre, quelle est la place qu’il occupe dans le monde, dans sa maison, dans sa famille, ce qu’il reçoit en retour de ce qu’il donne, ce qui l’anime à animer un feu, et pourquoi il arrose les plantes.

Arrive ainsi un moment où l’on se réveille au centre de cette question.

Parfois, pour s’émerveiller, de la beauté du don, parfois pour regretter de s’être abandonné.

Dans le recueil de la Mishna, le Pirkei Avot identifie quatre attitudes de l’homme, allant de la méchanceté à la bonté.

Il s’interroge sur ce qu’est la générosité, la piété, la bonté en démontant la formule biblique éculée : « Tout ce qui est à toi est à moi et tout ce qui est à moi est à toi »

Cette formule serait celle d’une terrible naïveté, issue de l’ignorance.

Car il n’est d’équivalence possible entre l’avoir de l’un qui serait purement et simplement interchangeable avec l’avoir de l’autre.

Car il y a l’un et il y a l’autre, qui sont inassimilables et penser cette réciprocité de cette façon est naïve et de peu d’intérêt.

C’est là l’attitude d’un ignorant.

On pourrait considérer alors une autre attitude possible incarnée dans la formule : « Tout ce qui est à moi est à moi et tout ce qui est à toi est à toi »

Mai c’est là, aussi bien, une attitude de peu d’intérêt, tant il s’agit d’une mesure commune, d’une règle de base, élémentaire de l’échange : l’intersection disparaît au profit de la sauvegarde de ses propres intérêts.

Il existe encore une troisième voie, une troisième possibilité à travers l’énoncé selon lequel : « Tout ce qui est moi est à moi et tout ce qui est à toi est à moi »

Nous sommes ici confrontés au raisonnement de l’égoïste, du voleur ou du prédateur qui conservent et préservent tout ce qui leur appartient en s’appropriant ce que l’autre possède.

Mais donc alors qu’est-ce que la piété ? Qu’est-ce que la véritable bonté ? Que veut dire être véritablement « hassid » ? questionnait le livre des Pères.

Il ne s’agit ni de cultiver la symétrie, « tu donnes 1 et je donne 1 en retour », pas plus qu’il ne s’agit de ne rien donner et de prendre ce que l’autre donne ou de rester chacun sur son propre terrain.

La piété consiste en la formule suivante : « Tout ce qui est à toi est à toi et tout ce qui est à moi est à toi »

Evidemment c’est une asymétrie aussi, inversée, qui privilégie le don, si petit soit-il que l’on accorde à autrui.

Il n’y a point de réciprocité dans ce cas, en effet, puisque l’autre conserve ce qu’il possède tandis que je me dépossède de ce qui est mien.

Cette idée, pour extravagante qu’elle soit, nous invite à nous hisser vers un sommet fantastique.

Parce que si l’on accepte de se départir d’une logique moyenne de la pure réciprocité, si l’on accepte de se défaire du principe sommaire du donnant donnant.

Et qu’en effet, l’un donne tout ce qu’il possède à l’autre tout en lui permettant de conserver ce qu’il possède déjà.

Imaginons maintenant à quoi peut ressembler l’échange entre deux personnes en quête de piété : c’est Noël tous les jours, ce sont deux générosités qui s’augmentent, qui s’élargissent, qui se rendent perméable à la transcendance.

Dire : « Tout ce qui est à toi est à toi et tout ce qui à moi est à toi » est la formule qui dit l’acte de la plus pure et de la plus belle générosité.

Un acte désintéressé qui nous envole à hauteur de ciel.

Et vous, qu’en pensez-vous ?


A suivre sur Facebook :

Vincent Thizeau

Professeur de S.V.T.
Sciences de la vie et de la Terre
Webmestre du site du lycée Louis Bascan
Fermer le menu
|→ Découvrez l'application Android Lycbascan : « lycée mobile Louis-Bascan »
turboself esidoc monlyceenet promote pix Applications en ligne : [Turboself] - [Esidoc] - [ENT Monlycée.net] - [Pronote] - [Pix]
allemand anglais espagnol italien Portail des langues vivantes : [Allemand] - [Anglais] - [Espagnol] - [Italien]

Maroc

🌈 MAROC 2020, LE DEFI 👟🎒 Nous avons besoin de vous ! https://urlz.fr/9Sjq

Publiée par Lycée Louis Bascan – page officielle sur Lundi 27 mai 2019