académie de Versailles région Île-de-France lycée Louis Bascan

Invitées à l’Institut des Hautes Études Scientifiques

Ce samedi 2 juin 2018, elles étaient quatre élèves de Terminale S et de Première S de Bascan, accompagnées par M. Bardavid, à faire partie d’une centaine de lycéens (66 filles et 44 garçons désignés par leur établissement) invités à découvrir l’I.H.É.S. encadrés par les inspecteurs pédagogiques de l’académie de Versailles.

L’Institut des Hautes Études Scientifiques de Bures-sur-Yvette célèbre cette année son soixantième anniversaire.

Présentation de l’IHÉS
  • Durée de la vidéo : 3 minutes 48 secondes
  • Date de publication : 27 juin 2018
  • Réalisation : © Institut des Hautes Études Scientifiques (IHÉS)
  • Lien favoris : retrouvez la vidéo sur la WebTv de de l’IHÉS sur YouTube.

L’Institut des Hautes Études Scientifiques (IHÉS, à Bures-sur-Yvette, dans le 91) est l’un des instituts de recherche en mathématiques les plus prestigieux au monde.

Quatre élèves de Première et de Terminale [S]cientifique du lycée Bascan ont eu la chance de visiter cet institut dans la matinée du samedi 2 juin 2018.

Au total, ce sont cent lycéens de l’académie de Versailles qui étaient invités pour cet événement exceptionnel.

L’entrée de l’institut est discrète. Une unique petite plaque indique qu’un industriel a fondé ici un institut scientifique. On distingue un domaine boisé. Le tout est très modeste, cela fait penser à l’entrée d’une demeure bourgeoise.

En ce jour de week-end, le lieu respire le repos ; c’est calme, tranquille. Un grand parc entoure les quelques bâtiments où travaillent en semaine une centaine de personnes.

En visitant les locaux, nous entrepassons la tête dans quelques bureaux de grands mathématiciens — pour y découvrir un désordre qui ne peut être que génial.

À la fin de notre tour des lieux, nous nous rendons dans le petit amphithéâtre. Il est vide mais un nouveau protagoniste nous y attend. Sur les tableaux, des équations. Elles semblent vouloir nous parler mais nous n’y entendons pas grand-chose. Écrites vraisemblablement la veille, elles n’ont pas été effacées. Un savoir en construction, une compréhension qui veut éclore ont laissé leur trace encore vibrante sur les tableaux.

image
Dans l’amphithéâtre de l’IHÉS.

Plus tard, un des chercheurs présents pour l’occasion, qui nous fit un exposé sur les mathématiques du vivant raconta le plaisir qu’il prend à tomber sur des nouveaux problèmes, des nouvelles questions ; des endroits où l’on ne parvient pas à conclure ; ou, des endroits où l’on sait conclure mais où l’on sent qu’une vraie compréhension, cachée en-dessous, nous fait encore défaut.

Il nous offrit cette comparaison :

les mathématiques comme une longue marche, exigeante, en montagne dont la récompense, au final, est un panorama grandiose et ravissant. Que cette étape à l’IHÉS nous encourage à continuer nos balades mathématiques !

L’occasion fut saisie plusieurs fois de rappeler que la recherche de haut niveau en mathématiques est ouverte aux femmes, et qu’elles ne doivent pas craindre de s’y lancer.

Le 2 juin 2018, nous avons eu l’honneur de visiter l’un des plus prestigieux lieux de recherche fondamentale du monde : l’IHES (Institut des Hautes Études Scientifiques) à Bures-sur-Yvette.

Nous avons d’abord visité le site (salon, jardin, bibliothèque, …). J’ai été impressionnée par les nombreux tableaux de craie présents partout dans l’établissement ; aussi bien dans les bureaux, dans les couloirs, dans le salon et jusque dans le jardin ce qui témoigne de la passion pour les mathématiques des professeurs travaillant ici !

Nous avons pu découvrir les bureaux de certains professeurs permanents notamment celui de Maxime Kontsevich, l’un des plus grands mathématiciens au monde (je n’ai jamais vu un bureau si désordonné !).

Nous avons également fait de belles rencontres notamment avec les mathématiciens Emmanuel Ullmo(et directeur de l’IHES) ainsi que Vincent Bansaye. Ils nous ont proposé des conférences autour de leurs recherches. Ces derniers tant passionnés dans leurs recherches que dans les mathématiques en général me donnent l’envie de continuer dans cette voie.

Je souhaite remercier toutes les personnes qui m’ont permis de découvrir ce lieu magique des mathématiques à haut niveau.


Samedi 2 juin 2018, à l’occasion des 60 ans de l’Institut des Hautes Études Scientifiques de Bures-sur-Yvette, nous étions cinq chanceux venant du lycée Louis-Bascan à participer à la visite de cet institut.

Son fondateur, Léon Motchane, s’est inspiré de l’Institute for Advanced Study à Princeton pour créer l’IHES en 1958, qu’il dédia principalement aux sciences théoriques que sont les mathématiques et la physique.

Chaque année, cet institut accueille plus de 200 scientifiques du monde entier qui viennent y effectuer des séjours de recherche plus ou moins longs.

Localisé sur le plateau de Saclay, l’institut reconnu mondialement offre les conditions optimales au développement de la recherche.

Nous avons donc eu le privilège de visiter ce lieu, et ainsi de découvrir les infrastructures mises à la disposition des chercheurs. Ils possèdent chacun un bureau personnel contenant principalement un ordinateur et un tableau noir.

Les tableaux sont en effet l’instrument indispensable des chercheurs, c’est pourquoi nous avons pu remarquer leur présence dans chaque pièce, aux endroits de réunion comme le salon ou les couloirs, et même dans le parc. Cela leur permet de partager leurs découvertes avec les autres et de s’entraider.

Les chercheurs ont également accès à une bibliothèque appartenant à l’institut, qui leur permet de consulter de nombreux ouvrages et périodiques scientifiques. Cette bibliothèque ne pouvant contenir qu’un nombre limité d’ouvrages, elle est en lien direct avec celle de l’université Paris-Saclay, permettant aux chercheurs d’obtenir la documentation qu’ils souhaitent.

L’institut comporte également deux amphithéâtres, dont l’un porte le nom de son créateur. Après la visite, la centaine d’élèves invités a donc été réunie dans le plus grand amphithéâtre afin d’assister à deux courtes conférences.

La première, dispensée par Emmanuel Ullmo, mathématicien et directeur de l’IHES, avait pour thème l’empilement de sphères. Ce sujet nous a permis d’en apprendre plus sur « l’empilement de l’épicier » autrement appelé empilement par réseaux. Nous avons donc appris qu’en 2017, la mathématicienne ukrainienne Maryna Viazovska a résolu le problème de l’empilement optimal de sphères en dimension 8 et 24 à partir de l’utilisation des réseaux E8 et de Leech.

La deuxième, présentée par le mathématicien Vincent Bansaye, portait sur le lien entre les mathématiques, et plus précisément les probabilités, avec le domaine du vivant. Nous avons pu voir que les mathématiques ont aussi leur importance dans un domaine tel que la génétique, et qu’elles permettent d’obtenir des précisions qui intéressent de plus en plus les biologistes.

Cette matinée a donc été riche en découverte, en culture scientifique mais également très intéressante.


En ce samedi 2 Juin 2018, quelques lycéens de toute l’académie de Versailles ont été invités à visiter l’institut des hautes études scientifiques à Bures-sur-Yvette, en plein milieu de la nature.

Nous étions donc quatre élèves du lycée Louis-Bascan à avoir la chance de visiter ce haut lieu de la recherche scientifique mondiale, fondé il y a 60 ans, en 1958, par Léon Mochtane.

C’est un lieu consacré principalement à la recherche mathématique et physique.

Des chercheurs français et étrangers y sont réunis : certains ont des places permanentes et d’autres sont invités pour des durées plus courtes.

Lors de la visite, nous avons donc pu découvrir l’univers de ces chercheurs.

On a aperçu leurs bureaux. Certains sont installés très simplement avec seulement un ordinateur et un tableau tandis que d’autres sont très éparpillés et croulent sous les feuilles.

Pour l’anecdote, nous avons aperçu le bureau de Maxime Kontsevich, un chercheur qui a été à la fois primé en mathématiques et en physique. Celui-ci était envahi de feuilles, on ne pouvait plus distinguer son canapé de son bureau ou son fauteuil. C’est impressionnant qu’il puisse se retrouver dans un tel désordre !

Puis, nous avons aussi vu les espaces communs où les chercheurs se réunissent. Ils ont toujours des tableaux à la craie à disposition.

Les moments collectifs comme leur traditionnel thé quotidien à 16h leur permettent en effet d’échanger sur leurs travaux en cours et ces temps de partage semblent très importants.

En plus de ces salons où ils peuvent se réunir, il y a d’autres lieux collectifs comme la bibliothèque ou encore des amphithéâtres qui leur permettent d’exposer leurs travaux ou de faire des conférences.

Pour notre part, après une visite guidée des lieux, on a assisté à deux exposés dans l’amphithéâtre.

Le premier était présenté par Emmanuel Ullmo, le président actuel de l’Institut. Il nous a parlé de l’empilement des sphères afin de savoir par quel moyen on obtenait la densité maximale. Il n’est évidemment pas rentré dans de trop grands détails mathématiques, son objectif était de nous montrer la démarche globale de la réflexion et l’évolution de ce problème au cours du temps puisqu’il est traité depuis 1611. De plus, il voulait nous montrer que, dans les mathématiques, un simple problème ouvre souvent sur plusieurs autres. En effet, ici, une sphère correspond à la dimension 3 mais cette même question peut se poser pour toutes les autres dimensions. La quantité de problèmes est donc infinie.

Puis, le second exposé a été réalisé par Vincent Bensaye, un mathématicien qui nous a parlé des probabilités sur le vivant. En effet, lui, c’est le processus de Galton Watson qui l’a fait s’intéresser en premier aux liens entre les mathématiques et les questions du vivant telles que l’extinction des grands noms en Angleterre par exemple. Son but était donc de nous exposer différentes applications des mathématiques et notamment dans le domaine de la biologie.

C’était très intéressant de découvrir ces différentes applications de comprendre que toutes ces recherches scientifiques pouvaient finalement avoir un but concret.

Finalement, cette demi-journée a été très enrichissante pour ma part. En effet, nous avons eu la chance de découvrir un lieu très prestigieux que, personnellement, je ne soupçonnais pas et encore moins si près de chez nous.

Cela nous a aussi permis de découvrir ce monde très inconnu de la recherche et que faire des mathématiques ou de la physique à très haut niveau constituait un métier en soi.

Enfin, j’ai apprécié assister aux deux exposés qui nous ont à tous, je pense, beaucoup appris.

Merci pour cette invitation.


Cette visite était très intéressante car elle m’a permis de découvrir l’lHES qui est l’un des centres les plus importants de mathématiques au monde même s’il est peu connu du grand public.

Nous avons pu assister à deux conférences sur deux sujets différents. Celles-ci m’ont permis de réaliser que les mathématiques étaient appliquées à de nombreux domaines utiles dans la vie quotidienne comme par exemple le domaine médical dans lequel je compte m’orienter.


Voir en ligne : l’Institut des Hautes Études Scientifiques (IHÉS)


A suivre sur Facebook :

|→ Découvrez l'application Android Lycbascan : « lycée mobile Louis-Bascan »
turboself esidoc monlyceenet promote pix Applications en ligne : [Turboself] - [Esidoc] - [ENT Monlycée.net] - [Pronote] - [Pix]
allemand anglais espagnol italien Portail des langues vivantes : [Allemand] - [Anglais] - [Espagnol] - [Italien]

Maroc

🌈 MAROC 2020, LE DEFI 👟🎒 Nous avons besoin de vous ! https://urlz.fr/9Sjq

Publiée par Lycée Louis Bascan – page officielle sur Lundi 27 mai 2019